SYMPHONIE

Symphonie [1]



En ces sens qu’elle éveille, où un demi-soupir s’entend tant qu’il se voit.
En ces accords, où l’on regarde un son.
Symphonie [1] est une pièce d’ouverture à un vocabulaire nouveau traduisant l’audible.
Elle est l’expression plastique de la Ve Symphonie de Beethoven en une graphie figurative.
Rythmes, crescendo, trilles, mezzo piano, mezzo forte… Ces mains sont un son dans un silence.

Symphonie est née d’une lecture de « Point et ligne sur plan » publié en 1926 par Wassily Kandinsky. Dans son étude sur la spatialisation des formes sur une surface plane, il propose une traduction en points des premières mesures de la Ve Symphonie de Beethoven (image ci-contre).
À la lecture de cette traduction, j’en ai conclus des désaccords relevant d’un vécu phonique qui m’est propre. Ce constat a motivé des années de recherche sur les degrés de concordance entre deux disciplines bien distinctes : le visuel et le sonore.

La pièce Symphonie approfondit cette étude en utilisant un langage de signes dont la plasticité rompt le silence. Le positionnement de chaque main, chaque doigt traduit une note, un soupir, son temps.

Cette première pièce ouvre à un riche vocabulaire qui s’applique alors à tout type de pièce musicale. Elle est une façon nouvelle d’envisager une partition.

Exposition collective à la Galerie Geraldine Banier – Paris
Du 1 Juin 2017 au 21 Juillet 2017

18836626_10155435091724433_897279162461069486_o.jpg

 

18880081_10155435089559433_1769313095079055208_o.jpg

 

P1080856.JPG

 

P1080858.JPG

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s